Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Carrot in Paris

People are strange, when you're a stranger...

20 Juin 2010 , Rédigé par NnewïaM Publié dans #Coups de coeur

"If the doors of perception were cleansed, everything would appear to man as it is, infinite."

 

Ca fait trop sérieux de citer William Blake, vraiment. Mais est-ce moins sérieux de parler des Doors ? De la drogue, du rock des années 60 avec le bon vieux Ray Manzarek qui vous fait Bach sur un orgue ? Non.

Ce blog n'a pas vocation à être une review de films vus ces temps-ci, mais quand même, When You're Strange, what a shock ! Narration par Johnny Depp, excusez du peu, mais c'est moins sa voix veloutée que la BO omniprésente (ce qui semble logique quand on veut faire un film sur un groupe) des Doors. Images et vidéos d'archives, la voix de Morrison, son regard, ses poésies, tout, je vous dis.

Insane, les mecs.

 

When you're strange commence par le début avec la naissance de Morrison, qui n'explique rien à sa vie mais c'est quand même marrant de voir son père amiral. Rencontre avec les différents membres du groupe, première chanson écrite par le guitariste Robby Krieger... Light my Fire, what else ? Première chanson, donc, premier tube.

Et ça continue pendant une heure et demie de chansons, de concerts où Morrison roule sur scène, de vidéos de chevelus hippies, de pur rock qui bouge sa mère. Jusqu'à sa mort, après celle de Hendrix et Joplin, là encore, excusez du peu. Et là, question : si Morrison n'avait pas autant bu/fumé, serait-il toujours vivant ? Peut-être. Aurait-il écrit et chanté tout ça ? Ecrit ces poèmes ? Pas sûr.

 

En résumé, la cocaïne, c'est mal, les enfants. Sauf quand on s'appelle Jim Morrison.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Je sais plus c'était quoi mon pseudo surréaliste et absurde alors tant pis 01/07/2010 11:31



J'ai pas aimé ce film.


Ou je déconne.


En tout cas, Orsay était blindé, super. Alors je me suis baladé. Et l'expo Aragon, c'était suuuper. Alors tu remercieras Julien du conseil.


Mais Paris, c'est naze.



NnewïaM 01/07/2010 19:16



Bernard Magret ! Alors c'était toi, Je sais plus c'était quoi mon pseudo surréaliste et absurde alors tant pis ! Comment je t'ai grillé...


Bref. Je ne suis même pas encore allée voir l'expo Aragon, 'pas faute de vouloir d'ailleurs.


Sinon... c'est toi le naze



Juliette 22/06/2010 22:19



La drogue c'est mal, m'voyez ...


Il faudra que je voie ce film ! En tout cas, je tenais à dire que citer William Blake c'est bien, VIVE WILLIAM BLAKE. Voilà ^.^



NnewïaM 22/06/2010 22:41



Et dire que j'ai loupé l'expo Blake, l'an dernier... En tout cas je te textote demain ^^