Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Carrot in Paris

Routes d'Arabie.

24 Septembre 2010 , Rédigé par NnewïaM Publié dans #Coups de coeur

Une exposition au hall Napoléon avec plus de gardiens que de visiteurs, c'est agréable. Aucune bousculade, possibilité de voir les oeuvres aussi longtemps qu'on le souhaite, de revenir sur ses pas pour mieux revoir une carte géographique... mais ce n'est pas tant pour ça que l'exposition Routes d'Arabie était appréciable.

 

Le propos était dense, étant donné l'ampleur du sujet, difficile de faire plus light... mais la scénographie était suffisamment claire pour ne pas perdre le visiteur. Le hall Napoléon [endroit réservé aux plus grandes expositions temporaires] est grand, certes, mais il est aussi conçu en U : rendu au niveau de la grande barre, une fois que le visiteur s'est rendu compte de tout ce qu'il lui restait à voir et à lire, un peu de désespoir arrive... pour celle-ci, cette sensation n'est pas venue. C'est une exposition archéologique, ce qui signifie exposition d'objets et non de peintures : les objets prennent place dans des vitrines ou au milieu du parcours, ce qui "casse" le chemin au lieu de ne montrer qu'une succession de tableaux aux murs.

http://www.pageshalal.fr/images/Routes_d-Arabie.jpg

Oh qu'il est chou.

 

Comme son nom l'indique, Routes d'Arabie parle de...routes. Ce n'est pas évident. Avant qu'on ne me le fasse remarquer, je n'avais pas eu l'idée de m'intéresser au parcours lui-même : chaque grand texte présente un lieu, que ce soit une oasis ou une ville, en gardant tout de même un fil chronologique. Elle débute au Néolithique avec des statues qu'on peut rapprocher de celles conservées pour l'Âge du Fer européen, sauf que là on est en Arabie Saoudite. Première surprise. Il y a donc eu quelque chose avant l'Islam ! Oui, et l'exposition en présente d'ailleurs beaucoup. Trop ? Peut-être : on a parfois l'impression d'être submergé de céramiques peintes et de statues de pierre, sans évoluer dans le temps. On passe ensuite à la grande barre du U, vous vous rappelez, celle au niveau de laquelle mieux vaut ne pas trop regarder en avant...

Dans cette partie, on découvre le sud du Hijâz (au sud de La Mecque) à travers les objets, le clou étant les trois colosses (14 mètres de hauteur...) magnifiquement proportionnés... ahem. Enfin, pour nous préparer à tourner, un grand bloc censé évoquer les tombes rupestres de la ville d'Hegra nous initie au décor et à l'intérieur de ces monuments.

La petite barre du U démarre avec les caravanes de l'encens - encore une route ! - avec des chefs d'oeuvre : jugez plutôt :

http://www.louvre.fr/media/repository/ressources/sources/illustration/autres/image_125200_v2_m56577569831271563.jpg

Louis XIV en personne ! Si c'est pas la classe, ça...


Vient alors un passage plus qu'ardu. Un petit coin nous raconte l'arrivée de l'Islam et l'évolution des langues dans la région... argh. Texte trop savant, qui assomme le visiteur, sachant qu'il n'y a ici qu'un seul Coran présenté... entouré de textes. En revanche, les respirations ménagées par les photographies sont les bienvenues.

De toute façon, nous voici arrivés dans la presque dernière partie : les pèlerinages jusqu'à La Mecque et Médine. Le pèlerinage étant un des cinq piliers de l'Islam, on comprend mieux cette photo :

http://www.lepoint.fr/content/system/media/1/200804/7522_Une-Musulmans.jpg

 

Les stèles islamiques sont toutes très belles, ne parlons pas de la calligraphie, mais les textes qui les accompagnent sont aussi savants que ce qui a précédé. Difficile, donc, de toujours bien voir de quoi le cartel parle.

Enfin, parce qu'on n'a pas fait tout ça pour rien, on arrive au joyau de l'exposition : les portes de la Ka'aba. La Ka'aba est vide, car il ne peut y avoir d'objet d'adoration pour le croyant, tout comme on ne peut représenter Dieu. Je n'imagine même pas la tête des Sarrasins lorsque les Francs leur ont apporté une image de leur Dieu... bébé. Jésus est respecté chez les Musulmans puisqu'il s'agit d'un prophète, mais il leur est tout à fait ridicule de représenter une personne de cette importance nue avec une couche ! Et encore, on évite le boeuf et l'âne...

Après cet aparté, retrouvons le chemin de l'Islam avec la création du royaume d'Arabie Saoudite par le roi al Saoud. Pour info, le roi actuel ressemble à ça :

http://referentiel.nouvelobs.com/file/437207.jpg

Oui, il y a aussi Nicolas Sarkozy, mais il est caché et flou.


L'exposition s'arrête avec l'unification du royaume en 1932 (création de l'Etat actuel) par Ibn Saoud. Une expo complète, donc, qui ne l'est tout de même pas sans le catalogue. Je n'ai pas pu le feuilleter, mais il me semble être une bonne somme sur l'Arabie en général, et plus particulièrement en archéologie. L'exposition en elle-même est donc cohérente, avec un fil conducteur qui se prend au pied de la lettre et des chefs d'oeuvre pour la plupart restaurés directement par le musée du Louvre, chose qui normalement ne se fait pas - mais bon, pour une exposition aussi politique, on fait une exception...

 

Et demain, Fête des Jardins, on va tous dehors par ce temps radieux ! Ou on se réfugie au Musée de Cluny, avec l'exposition sur la Slovaquie au Moyen-Âge...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article