Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A Carrot in Paris

The Rocky Road from Dublin.

24 Septembre 2013 , Rédigé par NnewïaM Publié dans #Irlande

"Je sens les larmes qui montent
Mais je vais pas pleurer"
Emilie Simon.

 

C'est un peu ça, mon quotidien, depuis quelques mois. Ca commence à empirer, doucement. Il y a un an, je faisais ma rentrée à Trinity, sans appréhension, sans peur et sans reproches. Cette année je suis en France et je n'arrive pas à dépasser ce sentiment de non-appartenance. Je ne suis pas Irlandaise mais bordel je ne veux pas habiter en France. Je n'habite plus à Dublin mais j'y pense à chaque seconde. Tout est mesuré, comparé, et rien n'égale l'Irlande.

IMGP1122.JPG

KC Peaches, I love you.


Je suis rentrée il y a presque quatre mois. Je n'arrive pas à m'en remettre. Avant, quand je rentrais en France, il y avait un retour sur mon billet d'avion. Je pouvais rentrer à la maison, à Dublin. Là, je suis à Paris, mais je ne peux plus rentrer, je suis bloquée là. Je ne parle plus anglais, sauf dans ma tête ou quand je renseigne les touristes (alleluia les mecs, keep going), je ne mange plus d'énormes brownies avec un thé et des copines à l'accent délicieux, je ne rencontre plus tout plein d'international students, je ne traverse plus la Liffey tous les jours, je ne passe plus sous Front Arch, je ne vais plus au pub deux fois par semaine pour le rugby et l'ambiance.

DSCN0963.JPG

Parce que des fois, il fait beau en Irlande.

 
Le pire, c'est que je n'ai pas le droit de me plaindre. Sans déconner, j'ai été acceptée en classe prépa, au Louvre, niveau architecture qui pète ça se place là hein. Je peux téléphoner aux gens le midi sans que ça me coûte une blinde et j'ai redécouvert la joie de manger du PAIN-BEURRE avec du SAUCISSON. Mais j'y arrive pas, c'est tout. Je reçois encore tous les mails de Trinity, tous les colloques, les actualités des différentes societies auxquelles j'appartenais (DUFC, you rock!). Il y a la remise du diplôme avec le p'tit chapeau rigolo et la robe trop grande, bien sûr, en avril. Mais entre habiter là-bas et y aller deux jours...

DSCN1152.JPG

I could get used to a view like this.


Imaginer une vie en Irlande, c'est un putain de rêve, qui ne se réalisera sans doute plus étant donné que les fonctionnaires, a priori, c'est en France qu'ils travaillent. Haha. C'est cool le patrimoine, les musées, les MH... mais c'est mieux là-bas. Comme tout le reste.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

marie kléber 27/11/2015 13:53

Comme je te comprends. Après avoir passé 6 ans en Irlande, à Dublin, j'ai dû rentrer en France. 3 ans que je suis à Paris, j'aime ma vie mais quelque part au fond de mon coeur, le coeur de l'Irlande bat et j'aimerai tant être là-bas.
Avec le temps ça passe. Bonne continuation!

Äuriane 25/09/2013 23:13


Mais tu as les Petits Poney quoi !!
(Constructif, ce commentaire... lol)


 


Bisous, courage :)

NnewïaM 26/09/2013 00:13



Les p'tits poneys tout doux =D En vrai je suis plutôt contente de reprendre des cours d'anglais après tant d'années d'arrêt, juste pour parler et entendre la langue pendant une heure et demi X)
Parce qu'avec ma maman, on switch toujours vers le français à un moment donné -et c'est chiant !



Juliette 25/09/2013 10:38


Imagine ma tête quand je suis rentrée de Norvège où j'avais la forêt et les montagnes partout, ou alors du Vietnam ... C'est normal d'être déphasée, surtout quand tu reviens à la prépa du Louvre
quoi. Cette prépa est bien, là n'est pas la question, mais y a clairement aucune mixité et c'est un monde fermé.
Je pense que comme Julien n'est pas là, ça te fait encore plus un effet "Qu'est-ce que je fous là ?" ... Mais prends ce qu'il y a de bon à prendre dans cette formation, ne regarde pas les gens
chiants et ne te mets pas trop la pression :)

Essaie aussi de postuler à des colloques à l'étranger, pourquoi pas ? :D

En tout cas, si comme ça se profile je pars au Québec vers le printemps ou l'été, tu pourras venir me voir sans problème pour t'aérer !

NnewïaM 25/09/2013 11:09



Oui, le manque de Julien n'aide pas, c'est clair =D La pression, mon inconscient me la met tout seul, je rêve du concours tout le temps !! -_-
Et ouiiii, je viendrai te voir au Québec, je commence à économiser !! =D 



Anna 25/09/2013 10:23


Je comprends, je pense, ce que tu peux ressentir. Ne pas se sentir à sa place n'est pas très agréable, et si on sait pertinemment qu'à un autre endroit, on est mieux, c'est peut-être encore pire,
d'autant plus si on ne peut pas y retourner. Bien sûr, mon cas est très différent, ça se passe dans le même pays, mais je n'ai pas encore de simple billet "aller" pour Nantes. Ton post tombe au
moment où mon copain m'annonce qu'on restera dans cette banlieue pourrie au moins jusqu'en mai, 2 ans déjà et il faut encore rester. Je nous souhaite du courage, finalement il n'est pas question
de pays ou de distances mais de nostalgie "malheureuse". Enfin haut les coeurs tout de même pour ta classe prépa, c'est en effet, incroyable d'en être arrivée jusque là, alors bravo tout de même
:-) (si tu veux papoter, tu as mon mail).

NnewïaM 25/09/2013 11:08



Merci :) Je comprends ta nostalgie pour Nantes, c'est la même chose, la distance ne change pas grand chose au final :) Hier en cours j'étais toute retournée quand le prof nous a annoncé avoir
fouillé un site néolithique en Loire-Atlantique, j'ai trop besoin de mes vignes aussi haha !



Lucie 25/09/2013 05:24


Aller aller, je commente! C'est normal de ressentir ça après avoir vécu un moment ailleurs qu'en France, on rentre et se sent un peu déphasé. Même si on a la chance d'y avoir une vie très
confortable et tout ce qu'il faut, il manque un petit goût de quelque chose dans le quotidien. J'imagine que ça finit par passer avec le temps. Des fois ça ne passe pas, et on revient ;) Mais tu
as la chance de vivre non loin de Dublin, à toi les week-ends "retour aux sources"! :)

NnewïaM 25/09/2013 10:19



C'est pas faux ! :) D'un côté j'espère que ça passera, pour pouvoir profiter au mieux de tout ce que j'ai là, surtout des gens... et d'un autre côté, non, je préfère garder cette nostalgie pour
pouvoir y retourner si vraiment c'est trop dur =D Merci Lucie :)